The Marxist Influence on the Roots of the European Union

The inauguration by European Commission President J-C Juncker in Trieste on the 5th May, 2018 of a statue of Karl Marx, commemorating the 200th anniversary of his birth, has BCiP member Evelyne Joslain exploring the actual influence and contribution of Marxism on the construction of the European Union in her article below.

LES RACINES MAUVAISES DE L’UNION EUROPEENNE__ Evelyne JOSLAIN, 13.V.2018

L’actualité offre des faits éclairants aux plus malvoyants.

Le 5 mai, JC Juncker a non seulement inauguré une statue de 5 m, cadeau de la Chine communiste à la ville de Trieste pour le 200e anniversaire de Karl Marx, mais s’est fendu d’un discours qui ne laisse plus aucun doute sur l’idéologie inacceptable de l’Union douanière qu’il préside. Il a déclaré, faussement, « qu’il n’y avait aucun rapport entre la philosophie pure de Marx et les millions de morts et désastres » survenus partout où cette « philosophie » avait été appliquée à la lettre.

Juncker a salué « la contribution » et « l’influence » de Marx dans la construction européenne (sic!) et exalté son « inspiration créatrice », intimant par là que l’UE avait besoin de davantage de philosophie marxiste pour toujours plus de « justice sociale ». Il a soigneusement occulté les rapports de Marx avec l’anarchiste Bakounine et tant d’autres vérités qui dérangent, comme son anti-sémitisme et sa haine de toute religion.

Pour ceux qui croient que ce type de discours est l’apanage du pape François et que la France ne sortira du socialisme qu’en passant par l’UE, voilà qui devrait faire réfléchir.

Marx, idole de Juncker, était lui-même « mauvais », c’est à dire malsain, hypocrite et finalement inhumain. Comme les révolutionnaires français de la Terreur, qu’il admirait, et comme la plupart de ses futurs adeptes et « idiots utiles », des « intellectuels » de l’Ecole de Francfort, puis Sartre et Cie jusqu’aux néo-marxistes qui pontifient aujourd’hui, il était fils de cette bourgeoisie qu’il exécrait et avait eu accès à un enseignement supérieur pour en faire le pire usage: détruire un système existant (la propriété privée et le capitalisme) afin d’instaurer la dictature d’un prolétariat qui n’en demandait pas tant, prétexte en fait pour la dictature étatiste d’une oligarchie sur les peuples.

Marx s’est trompé sur tout. Sa théorie économique a échoué partout, laissant des champs de ruines. Ses idées sociétales également, son « déterminisme historique » étant voué, comme tous les déterminismes, à être brisé par les faits. Après les duretés des débuts, le capitalisme s’est révélé la plus grande force de progrès social que l’humanité ait connue. Les lieutenants de l’idéologie marxiste version dure ont laissé des noms dont la seule évocation fait froid dans le dos: Lénine, Staline, Pol Pot, les Kim coréens, Castro, Chavez, Maduro…mais ceux de la version édulcorée, Alliende, Peron…,tout en échouant lamentablement, ont laissé une trace « romantique » indue.

Il faut un procès du communisme et du marxisme, comme il y eut Nüremberg contre le nazisme.

Et justement, dans les archives du National Sozialismus d’Hitler trouvées en 1945, les Alliés ont découvert des documents provenant du conseiller économique Funk qui détaillent le maître-plan du Führer, plan qui incluait « une intégration économique de l’Europe et la création d’une Europe fédérale », elle même fondée sur la conviction de…nul autre que Lénine! « Que la fédération était la solution transitoire pour parvenir à une union complète de toutes les nations ».

Le mondialisme est une idée socialo-marxiste.

A l’entrée du Parlement Européen, une plaque avertit le visiteur que « La souveraineté nationale est la source des maux les plus criants de notre époque et que le seul remède final à ce mal, c’est une union fédérale des peuples ».

« Remède final »? Cela fait écho à « la solution radicale » de Marx et à « la solution finale » d’Hitler. Troublant.

Ainsi, l’UE n’est pas que le produit des élucubrations cyniques d’un Jean Monnet: elle est le dernier avatar d’une idéologie révolutionnaire, totalitaire, criminelle, génocidaire. Elle parle des maux du passé alors qu’elle compile toutes les théories issues du marxisme qui ont amené tant de malheurs.

Juncker, qui devrait porter un bonnet à grelots, assume ces racines mauvaises tout en refusant d’en reconnaître la malignité.

Le « marxisme culturel » qui sévit en Occident aujourd’hui est l’unique réussite de Marx. IL anime tous les mouvements de gauche, quels que soient les noms trompeurs qu’ils se donnent (travailliste, socialiste, démocrate, progressiste, liberal-démocrate, social-démocrate…), des bobos inconscients jusqu’à l’ultra-gauche internationale ultra violente, hyper motivée et subventionnée.

Bien sûr, l’UE n’a ni camps ni victimes physiques. Mais elle est ouvertement autoritaire et s’adonne à un capitalisme dévoyé: capitalisme de copinage qui ne profite qu’aux gros intérêts avant de devenir un capitalisme d’Etat à la chinoise. Elle broie les peuples, elle oppresse les classes moyennes, elle a déjà instauré sa dictature en ce qui concerne l’écologisme et la mise au pas des médias.

Et comme Marx, l’UE se trompe sur tout.

Le marché de dupes signé avec l’Iran (dont Trump vient de la sauver bien malgré elle) et le discours marxiste de Juncker devraient guider le choix des électeurs au prochain scrutin.

Evelyne Joslain

BCiP Member